Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 juillet 2007

Le neutre

Ce qui m’attriste, moi, c’est le retour sur les lieux de mon enfance. (...) J’ai tant de souvenirs.

- Et tu ne veux rien y ajouter ?

- Certainement pas

Le genou de Claire

lundi, 31 octobre 2005

Adrien : le dandysme confinant à l’ascèse.

« N’ayant donc, pour la première fois depuis dix ans, plus rien à faire du tout, j’avais entrepris de ne rien faire effectivement, c’est-à-dire de pousser l’inoccupation à un degré jamais atteint au cours de mon existence.
 
Je m’efforçais même de ne plus penser.
 

J’étais enfin seul devant la mer, loin du rythme des croisières et des plages, réalisant un rêve très cher de mon enfance et d’années en années différé.

J’aimais que le regard que je portais sur elle fut le plus vide possible, exempt de toute curiosité de peintre ou de naturaliste, car peut-être, si j’avais suivi l’une de mes pentes, aurais-je passé ma vie à collectionner et herboriser.
 

Je m’abandonnais à la seule fascination des mouvements de l’ombre et de la lumière, jusqu’à entrer dans une léthargie que le bain prolongeait. Cet état de passivité, de disponibilité totale semblait fait pour se poursuivre bien au-delà de l’espèce d’euphorie où vous met le premier contact de la saison avec la mer.  Je m’imaginais très bien, coulant pendant tout un mois, mes journées dans le même moule. »