Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 septembre 2005

Déictique ambigu ?

« Ce » que l’on expérimente en vérité, qu’est-ce ? Cette table sur laquelle j’écris, cette ambiance, par exemple pour moi, ou bien le flux d’impressions que les choses font sur moi et au travers duquel je les viserais ? En d’autres termes, y a-t-il ou non un sens à distinguer l’expérience dans sa réalité de l’interprétation qu’on en ferait ?

dimanche, 21 août 2005

DLXXXVIII, suite 248, 3086

Il ne faut jamais se jeter à l’eau, c’est le meilleur moyen de ne s’y point plonger véritablement. L’effectuation d’un geste nouveau, ce dont la sensation est hallucinante, implique certes rupture, mais d’avec l’habitude seulement ; par là est bien plutôt retrouvé le plan continu de l’expérience réelle.

Qu’est-ce que l’expérience réelle ?