Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 juillet 2007

Le neutre

Ce qui m’attriste, moi, c’est le retour sur les lieux de mon enfance. (...) J’ai tant de souvenirs.

- Et tu ne veux rien y ajouter ?

- Certainement pas

Le genou de Claire

vendredi, 30 juin 2006

La Vallée II

medium_La_Vallee_3.JPG

jeudi, 27 avril 2006

Un peu à la manière de L.M. – Métempsycose

medium_sb_mod.3.jpg
medium_le_samourai_8.jpg
On ne perd pas l’esprit, il ne fait que se dissimuler aux côtés de soi, complice discret.

jeudi, 09 mars 2006

Hypallage stupéfiant

medium_liquid_sky.jpg

mercredi, 14 décembre 2005

« Un homme qui pleure »

medium_alexandre_-_la_nausee.2.jpg

« La nausée est un malaise noble, ce n'est pas le nom qui convient à cette poussière, cette honte qui reste dans ma gorge, que je ne peux pas digérer, que je ne peux pas recracher non plus… Quand quelqu’un nous quitte et qu’on souffre, on ne sait jamais très bien pourquoi. Il n’y a pas que l’amour, il y a l’orgueil, l’amour propre, j’en avais pris mon parti… J’essayais de ne plus souffrir ou de souffrir le moins longtemps possible, sachant qu’un jour je ne souffrirai plus. Mais quand la terre tremble sous nos pas, quand l’amour, la réussite, la révolution ne veulent plus rien dire… Vous savez, le monde sera sauvé par les enfants, les soldats et les fous. »

lundi, 31 octobre 2005

Adrien : le dandysme confinant à l’ascèse.

« N’ayant donc, pour la première fois depuis dix ans, plus rien à faire du tout, j’avais entrepris de ne rien faire effectivement, c’est-à-dire de pousser l’inoccupation à un degré jamais atteint au cours de mon existence.
 
Je m’efforçais même de ne plus penser.
 

J’étais enfin seul devant la mer, loin du rythme des croisières et des plages, réalisant un rêve très cher de mon enfance et d’années en années différé.

J’aimais que le regard que je portais sur elle fut le plus vide possible, exempt de toute curiosité de peintre ou de naturaliste, car peut-être, si j’avais suivi l’une de mes pentes, aurais-je passé ma vie à collectionner et herboriser.
 

Je m’abandonnais à la seule fascination des mouvements de l’ombre et de la lumière, jusqu’à entrer dans une léthargie que le bain prolongeait. Cet état de passivité, de disponibilité totale semblait fait pour se poursuivre bien au-delà de l’espèce d’euphorie où vous met le premier contact de la saison avec la mer.  Je m’imaginais très bien, coulant pendant tout un mois, mes journées dans le même moule. »

mardi, 20 septembre 2005

Logique

« A mon avis, on a oublié deux choses dans la déclaration des droits de l’homme : le droit de se contredire et le droit de s’en aller ! »

vendredi, 26 août 2005

Déréliction

medium_allemagne_annee_0_-_2.jpg
medium_allemagne_annee_0_-_1.jpg
medium_allemagne_annee_0_-_3.jpg

mercredi, 03 août 2005

DLXXXVIII, suite 190, 1886

Plongées
Il existe deux formes de plongée : l’une où le pôle récepteur est comme pesant sur la colonne évasée qui part de lui et où se trouve pris le pôle émetteur central, de telle sorte que, cette colonne prenant substance et résistant dans l’acte même où elle est comprimée, il fasse apparaître la chair violentée de son sujet (comme si, par cet écrasement, celui-ci devait se révéler enfin), et l’autre où il est au contraire comme se trouvant porté par ce qui en émane, flottant sur lui en vertu de cette même colonne, comme s’il l’offrait en sa vérité en lui laissant son intégrité.