Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 mai 2010

DLXXXVIII, suite 311, 3795, 1

Car chaque mot n’a de sens que dans son rapport à d’autres mots, de telle sorte que c’est toute la langue qui est en jeu dans l’expression ne serait-ce que d’un seul d’entre eux. Il ne saurait donc y avoir de commencement absolument explicite.

Commentaires

L'implicite dans les mondes que nous arpentons nous sert de meilleure lanterne. Nous sommes donc pile à l'heure.

Écrit par : Lambert Saint-Paul | vendredi, 18 juin 2010

C'est qu'en une heure particulière, nous sommes toujours comme au crépuscule, où rien de ce qui peut être manifesté par le soleil de l'expression n'est arraché à la nuit sans emporter avec soi une part d'ombre, qui le préserve de basculer dans une autre invisibilité.

Écrit par : Préau | mercredi, 30 juin 2010

Les commentaires sont fermés.