Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 avril 2009

ΠΕΡΙ ΤΡΟΛΛΙΝΓ

« Voici en tout cas comment tu dois faire : ne sois pas déloyal dans ton questionnement. Aussi bien est-ce une grande absurdité, quand on se déclare préoccupé d’excellence, de s’adonner exclusivement à être déloyal dans ses propos. Et être déloyal, cela arrive dans un cas de ce genre : quand on ne dissocie pas les moments qu’en emploie à soutenir une lutte et ceux qu’on emploie à dialoguer ; dans le premier cas, celui qui donne la réplique, on joue à le faire trébucher autant qu’on peut, alors que dans un dialogue, on s’applique à le corriger, en lui signalant seulement les chutes où lui-même s’est précipité par sa propre faute, ou par celle des ses précédentes fréquentations. Car si tu fais ainsi, ceux qui ont affaire à toi s’imputeront à eux-mêmes, et non à toi, le trouble et l’impasse qui sont les leurs : toi, ils te rechercheront et t’aimeront, tandis qu’ils se prendront eux-mêmes en haine et, se fuyant eux-mêmes, ils se jetteront dans la quête du savoir pour devenir autres et se débarrasser de ceux qu’ils étaient auparavant. Mais si tu fais le contraire, comme la plupart, c’est le contraire qui t’arrivera : à la place d’aspirants au savoir, ce sont des gens qui détestent cette chose-là que tu révéleras en tes compagnons, quand ils seront devenus plus âgés. »

 

Platon, Théétète.