Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 avril 2008

Le baiser comme art des distances

Avec l’écriture énergique de qui se tient au point où le dehors s’invagine – intérieur cuir, dit-elle –, ci-en lien l’évaluation badebecienne du baiser – nom et verbe substantivé.

Commentaires

Le sacre du printemps comme allégorie de la faim ?
(Un baiser = avoir les crocs).

Écrit par : Lambert Saint-Paul | lundi, 21 avril 2008

je ne baise que les pieds, apportez vos tenailles!

Écrit par : Badebec | mardi, 20 mai 2008

Puis il dit à la femme : "Tes péchés sont remis."

:-)

Écrit par : Préau | mardi, 20 mai 2008

Les commentaires sont fermés.