Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 juin 2007

Vox populi

« Le problème important, en ce qui concerne la corruption, n’est pas le fait qu’elle existe, mais bien la tolérance et la compréhension dont elle bénéficie.  Comment expliquer autrement le succès politique d’un personnage aussi corrompu (et corrupteur) que Berlusconi qui, pour un peu, aurait réussi à se faire reconduire au pouvoir  et espère bien, du reste, y revenir rapidement ? Ce sont les citoyens ordinaires qui commettent une faute quand ils renoncent à sanctionner la corruption notoire et choisissent même, dans certains cas, de la récompenser.. Comme le dit Kraus, le mot d’ordre semble être plus ou moins : "Ne perturbez pas les gens, mettez-vous à table ». Autrement dit, « N’embêtez pas les gens avec la corruption, faites en plutôt autant si vous le pouvez". »

Jacques Bouveresse, Défendre la vérité désarmée

Commentaires

Effectivement et ce n'est pas la loi du Talion qui arrangera notre ordinaire. L'art de l'évitement ou l'inertie du monde ?

Écrit par : Lambert Saint-Paul | samedi, 16 juin 2007

Bouveresse insiste sur le fait que ce n’est pas la faute du monde, mais s’agit-il d’un art ?

Écrit par : Préau | lundi, 18 juin 2007

Les commentaires sont fermés.