Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 mai 2006

Z

« Son visage n’éblouissait pas - il foudroyait. »

E. Balibar, oraison funèbre

14:45 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Z

Commentaires

Votre regard fixe et subjugué a dû souvent troubler nos contemporains. Mais l'oeil en coin ou le miroir propice sont de bons paratonnerres.

Écrit par : Lambert Saint-Paul | dimanche, 07 mai 2006

- Oeil et miroir tournés vers soi ; mais c’est s’ouvrir à ce qui tonne qui fait difficulté.

Écrit par : Préau | mardi, 09 mai 2006

Il faut alors résister à s'abriter sous un arbre (patriarche).

Écrit par : Lambert Saint-Paul | mardi, 09 mai 2006

Ce n’est de toute façon pas la meilleure de s’en protéger.

Écrit par : Préau | samedi, 13 mai 2006

DU regard ? Non.

Écrit par : Lambert Saint-Paul | samedi, 13 mai 2006

Le visage qui foudroie n’est pas le regard qui tue.

Écrit par : Préau | dimanche, 14 mai 2006

Cela dépend à qui appartient le visage.

(cela vous dit de constituer un recueil de haïkus avec moi ? -rires- )

Écrit par : Lambert Saint-Paul | lundi, 15 mai 2006

Je dirais plutôt de qui s’y rapporte.

Le witz ne vous convient plus ??? :-))

Écrit par : Préau | mardi, 16 mai 2006

Ils me conviennent parfaitement, dans la joie, cela va sans dire. Trait pour trait, ce visage vous appartient.

Écrit par : Lambert Saint-Paul | mardi, 16 mai 2006

Dans la joie, absolument.

Écrit par : Préau | mercredi, 24 mai 2006

Les commentaires sont fermés.