Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 avril 2006

Load your head, blow it up, feeling good, baby

medium_sb_1.jpg

Commentaires

Quand vous ouvrez la porte, qui a peur de vous ?

Écrit par : Lambert Saint-Paul | mardi, 18 avril 2006

Tout le monde au moins un peu, dès lors que j’y ai frappé par quatre fois auparavant.

Écrit par : Préau | mardi, 18 avril 2006

Si vous frappez à tous vents, attention aux courants d'air. Un double tour sur vous même scelle une peur tenace, mais légitime. Des Lois dont vous parliez quelques notes plus bas découlent de l'amplitude de l'entrebaillement à la peur animale. Quand les persiennes sont fermées, la tolérance prend tout son sens.

Écrit par : Lambert Saint-Paul | mardi, 18 avril 2006

L’existence de la peur ne précède pas son sentiment ; elle n’est donc pas comme un lieu sur lequel une porte peut s’ouvrir.

Je ne frappe pas aux portes des demeures dont les persiennes sont fermées puisque c’est alors probablement que leurs habitants s’y reposent. :-))

Écrit par : Préau | dimanche, 23 avril 2006

Votre dernière phrase vient de me donner une solution inestimable !

Écrit par : Lambert Saint-Paul | dimanche, 23 avril 2006

Les commentaires sont fermés.