Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 février 2006

DLXXXVII, suite 4, 37, 1

Par « délire », on désigne ici tout un champ d’événements d’ordre mental qui se produisent irréflexivement - formes émergeantes, quasi-images, mouvements, connexions -, cela  sous le régime non point de la confusion, mais de la fugacité.

dimanche, 26 février 2006

Un peu à la manière de T.S. et S.C. - When Legends Gather #97,5

medium_phb.2.jpg

mercredi, 22 février 2006

DLXXXVII, suite 4, 37

Penser est l’acte de raisonner accompagné de délire.

samedi, 18 février 2006

Le nouveau monde

medium_g0.jpg

mardi, 07 février 2006

DLXXXVIII, suite 251, 3120

Le passage du présent s’effectue comme une variation du champ phénoménal où disparaissent des phénomènes en articulation avec l’apparition d’autres d’entre eux.  Disparaissant, le phénomène laisse insensiblement place à son souvenir qui se dissipe,  si l’on ne porte pas attention à lui, pendant que l’on continue d’être occupé par le présent.
 

Des apparitions se produisent, donc, sur le fond du sillage s’évanouissant de la série des apparitions précédentes, et ce fond est le mode d’existence du passé immédiat dans l’attention au présent. De sa durée et de sa fidélité à l’enchaînement des phénomènes qui viennent de se produire, dépend la compréhension de ce qui arrive et son ouverture à lui. Comme une succession de faits isolés, dans la négligence de ce sillage, comme un devenir certes imprévisible, mais musical, tant qu’il se conserve. Alors se saisissent des figures de mouvement inouïes qui inspirent de nouveaux gestes.

20:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : D, Temps