Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 décembre 2005

Sa pierre tombale

 

Sa pierre tombale était noire,
Brûlait jusqu’aux fumées âcres.
Pas de pluie,
Pas de vent,
Rien qui puisse hâter ni interrompre
Cette consomption suprême.

« Il n’y a qu’à attendre,
Mornes et épuisés
Derrière le dard de notre langue »

 

Commentaires

La mort nécessaire de ce qui se délie ?

Écrit par : Lambert Saint-Paul | jeudi, 29 décembre 2005

Oui.

Écrit par : Préau | mardi, 03 janvier 2006

Les commentaires sont fermés.