Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 septembre 2005

DLXXXVIII, suite 240, 2435

La méthode véritable, en tant que de par son concept elle implique l’accomplissement de l’esprit, n’interdit pas les stases contemplatives.

15:10 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : D

mardi, 20 septembre 2005

Logique

« A mon avis, on a oublié deux choses dans la déclaration des droits de l’homme : le droit de se contredire et le droit de s’en aller ! »

lundi, 19 septembre 2005

DLXXXVIII, suite 247, 3073

L’ennui est ce que l’on ressent quand, les conditions l’obligeant, on passe de l’état de conscience divertie à celui de conscience recueillie ; la face sensible de ce processus en tant que subi, en tant qu’il s’accomplit du dehors. Qui affirme ce processus ne s'ennuie pas mais, au-delà même du contraire de cela, s'élève à la lucidité. Pour qui est si diverti qu'il ne puisse l'affirmer de lui-même, passer par l'ennui constitue donc une étape nécessaire du dressage qui lui convient.

18:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : D

jeudi, 08 septembre 2005

Apérité

De la modalité du rapport théorique au réel que l’on exerce, dépend la façon dont on en fait l’expérience, pas seulement l'interprétation de cette dernière.

jeudi, 01 septembre 2005

Déictique ambigu ?

« Ce » que l’on expérimente en vérité, qu’est-ce ? Cette table sur laquelle j’écris, cette ambiance, par exemple pour moi, ou bien le flux d’impressions que les choses font sur moi et au travers duquel je les viserais ? En d’autres termes, y a-t-il ou non un sens à distinguer l’expérience dans sa réalité de l’interprétation qu’on en ferait ?